Bulletin Le réseau

Le parcours urbain Premier « shift », à Trois-Rivières

premier-shift

Le parcours urbain Premier « shift »¹ est une activité hors les murs mise sur pied en 2015 à Trois-Rivières par Boréalis, Centre d’histoire de l’industrie papetière, afin de faire rayonner la mémoire industrielle locale.

S’inspirant des parcours sonores (sound walk) de Manhattan et de Paris, Premier « shift » transporte le marcheur dans l’univers du premier quart de travail d’un employé de la C.I.P., jadis le plus important moulin à papier au monde. Enrobé d’ambiances sonores et de témoignages, ce parcours immersif propose l’histoire de l’usine et de son quartier, le tout ponctué d’anecdotes et d’archives photographiques. D’une durée de 50 minutes, le parcours s’étend sur 2 km sur les anciens terrains de la C.I.P. et au cœur du quartier Sainte-Cécile.

Offert à l’année et de manière autonome, ce parcours offre une liberté qui est de plus en plus recherchée par les touristes friands de découvertes urbaines. De plus, pour augmenter le réalisme du « premier shift », le marcheur peut se procurer une boîte à lunch du travailleur (option pique-nique).

Premier « shift » incarne une nouvelle façon de mettre en valeur le patrimoine. Grâce à la collaboration des gens du quartier, Boréalis, Centre d’histoire de l’industrie papetière a réussi à faire revivre l’âme de l’usine à travers les archives personnelles (des photographies, notamment) et les témoignages de ces derniers. « Nous voulions créer un espace de rencontre entre le visiteur et l’histoire et donner sens au lieu. Premier « shift » veut être le trait d’union entre le passé de cet ancien site industriel et la mémoire des hommes », souligne Valérie Bourgeois, directrice du Centre.

Grâce à son parcours urbain, Boréalis espère que les gens de la région se réapproprieront le site, qui éveille l’intérêt depuis les premiers projets de revalorisation. Ils y découvriront entre autres l’esprit du lieu et cette relation très particulière entre l’usine et son quartier.

¹ Le mot shift (de l’anglais) est un canadianisme qui désigne le quart de jour ou le quart de nuit d’un travailleur (le plus souvent employé d’une usine).

Source : Boréalis, Centre d’histoire de l’industrie papetière
Crédit photo : Olivier Croteau

Laisser un commentaire

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés