Bulletins et communiqués

Actualités culturelles

Publication d’un rapport des Nations Unies sur l’impact du fondamentalisme et de l’extrémisme sur la jouissance des droits culturels

9 mars 2017  |  Aucun commentaire

Dans son deuxième rapport au Conseil des droits de l’homme, Karima Bennoune, rapporteuse spéciale des Nations Unies pour les droits culturels, rend compte de la manière dont la montée du fondamentalisme et de l’extrémisme, sous diverses formes, constitue une menace majeure pour les droits humains dans le monde.

Le fondamentalisme et l’extrémisme représentent un défi de plus en plus grand auquel il faut répondre de façon urgente en utilisant une approche fondée sur les droits humains, écrit Mme Bennoune. Le rapport montre comment ces menaces minent gravement la jouissance des droits culturels et souligne le rôle central de ceux-ci dans la lutte contre la montée du fondamentalisme et de l’extrémisme.

Consulter le rapport (en anglais)

Source : ArtsFreedom (Freemuse)

Une campagne pour un meilleur soutien aux emplois dans le milieu culturel

9 mars 2017  |  Aucun commentaire

Capture d’écran 2017-03-08 à 16.01.12Ignoré lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre, le milieu culturel a lancé en février une campagne pour un meilleur soutien aux emplois culturels et atypiques.

En effet, peu avant le Rendez-vous national sur la main-d’œuvre présidé par le premier ministre Philippe Couillard, plus de 50 associations et regroupements du secteur de la culture ont interpellé le gouvernement sur l’importance de prendre en compte la réalité des artisans, des artistes, des enseignants du domaine culturel ainsi que des travailleurs culturels, et mieux soutenir leur contribution exceptionnelle à la société québécoise et à son rayonnement. A cette occasion, ils ont lancé la campagne La culture, le cœur du Québec – Pour des carrières durables, qui vise à encourager le gouvernement à adapter ses politiques et ses interventions aux travailleurs atypiques, dont ceux du secteur culturel, qui représentent aujourd’hui près de 40 % de la main-d’œuvre au Québec. De plus, ils ont déploré que le gouvernement ne fasse aucune place au secteur culturel dans le cadre du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre.

« La culture est bel et bien au cœur du Québec. Nous représentons 3,7 % de la population active, avec 150 000 artisans, artistes, enseignants et travailleurs culturels. Notre secteur représente 3,5 % du PIB. Nous mettons en valeur notre diversité culturelle, favorisons la cohésion sociale, contribuons au développement du tourisme, des régions, de la diplomatie, de la créativité et de l’innovation », a déclaré Christine Bouchard, directrice générale d’En Piste, le regroupement national des arts du cirque. « Il est temps que le gouvernement du Québec se penche sur les questions de main-d’œuvre propres à un secteur si important pour le Québec », a-t-elle poursuivi.

Les porte-parole de la campagne auraient souhaité contribuer à la discussion du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre et partager leur expérience, en particulier sur le virage du numérique auquel le milieu est confronté depuis plusieurs années. De plus, les associations et les regroupements ont fait valoir que la réalité du monde du travail dans le secteur culturel est très représentative de celle de près de 40 % de la main-d’œuvre québécoise, celle des travailleurs et travailleuses atypiques, qui cumulent les emplois, les mandats à la pièce, les contrats ponctuels et jonglent avec plusieurs employeurs. Ils ont déploré que cette réalité soit complètement occultée des discussions au Rendez-vous national sur la main-d’œuvre et ont soutenu que l’exclusion du secteur culturel des discussions ne permettrait pas d’identifier les bonnes pistes de solutions.

Par ailleurs, les représentants du milieu culturel ont pointé du doigt les politiques et les programmes gouvernementaux, qui sont aujourd’hui complètement inadaptés aux nouvelles réalités du marché du travail. De même, ils ont insisté sur l’importance de réinvestir efficacement dans les programmes de formation et le développement de la main-d’œuvre afin que le secteur demeure innovant et durable dans un contexte de transformation du marché du travail. Les 50 associations et regroupements ont ainsi formulé, à l’intention du gouvernement, deux recommandations essentielles pour la vitalité et la viabilité des emplois dans ce secteur :

  • Intégrer un volet « ressources humaines » dans la nouvelle Politique culturelle du Québec pour décrire les réalités du secteur et intégrer des solutions qui répondent aux spécificités de celui-ci en matière d’embauche, de perfectionnement tout au long de la vie et de degré de polyvalence, de transition professionnelle ;
  • Mettre en place un plan d’action gouvernemental piloté par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec afin d’avoir une vision concertée entre les différents ministères et organismes concernés par les enjeux de la main-d’œuvre du secteur de la culture.

Pour consulter la liste des signataires et la page Facebook de la campagne : https://www.facebook.com/CultureCoeur/

Source : Réseau Art Actuel

Les municipalités du Québec officiellement reconnues comme gouvernements de proximité

projet-loi-122Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, monsieur Martin Coiteux, a déposé le 6 décembre dernier le projet de loi n° 122, Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs. Après quatre ans de travail soutenu, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) s’est réjouie de voire ainsi prendre forme les recommandations phares du Livre blanc municipal.

« Aujourd’hui est un grand jour pour le monde municipal québécois. Le projet de loi reconnaissant les municipalités comme des gouvernements de proximité déposé à l’Assemblée nationale lui fait prendre un tournant historique. Il marque le début d’une nouvelle ère pour les municipalités en lien avec leurs responsabilités et leurs rôles dans le développement durable et la prospérité du Québec. J’invite les parlementaires à appuyer cette pièce législative qui favorise la participation citoyenne, le développement économique local et régional et l’aménagement durable du territoire », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Sherbrooke, monsieur Bernard Sévigny.

Les mesures législatives et réglementaires proposées sont regroupées en six thèmes : reconnaissance du statut de gouvernement de proximité ; aménagement du territoire ; développement économique, transparence et information aux citoyens ; fiscalité et finances municipales ; gouvernance et pouvoirs de la municipalité. Parmi les initiatives spécifiques à mentionner, soulignons la création d’un Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars, et l’instauration d’un chantier sur le développement économique local et régional, auquel seront conviés les partenaires municipaux.

Rappelons que le premier ministre du Québec, monsieur Philippe Couillard, après avoir pris connaissance du Livre blanc municipal et participé au Sommet municipal de 2014 organisé par l’UMQ, s’était engagé à redéfinir les relations entre le gouvernement du Québec et les municipalités. En avril 2014, il avait spécifiquement donné le mandat au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, d’élaborer un projet de loi inspiré du document publié par l’UMQ.

« Plus de pouvoirs et d’autonomie signifient plus d’efficience et d’imputabilité. Lorsque nous rapprochons la décision du citoyen, nous favorisons la démocratie municipale. De plus, le projet de loi améliore le régime fiscal municipal en favorisant la fiscalité verte et la création de richesse durable. Je salue le travail du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et son équipe. Je remercie également tous les membres de l’UMQ qui ont participé à la rédaction du Livre blanc municipal et particulièrement l’ex-maire de Rimouski, Éric Forest, et la présidente ex officio et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy. J’ai aussi une pensée toute spéciale pour l’ex-président du Comité des sages de l’UMQ, le regretté Jean-Paul L’Allier, qui en a signé la préface et y a contribué de façon déterminante », a conclu le président de l’UMQ.

En plus du projet de loi, l’UMQ a signé une déclaration commune avec le gouvernement sur la reconnaissance des municipalités comme des gouvernements de proximité. Celle-ci prévoit plusieurs actions, dont une valorisation de la Table Québec-Municipalités, comportant une rencontre annuelle présidée par le premier ministre du Québec, qui portera sur les priorités politiques du gouvernement et les enjeux municipaux. Il est également prévu une modernisation des lois municipales en fonction du nouveau statut des municipalités.

Documents à consulter :
Redéfinition des relations Québec-municipalités (document de synthèse)
Déclaration sur la reconnaissance des municipalités à titre de gouvernements de proximité

Source : UMQ

Le CALQ lance une vidéo sur sa vision du développement artistique durable

calq

Le Conseil des arts et des lettres du Québec a lancé une vidéo d’une minute expliquant sa mission et sa vision du développement artistique équitable et durable sur l’air de la chanson Plus haut de Koriass.

Visionner la vidéo

Les ministres Luc Fortin et Sébastien Proulx annoncent un investissement pour favoriser un arrimage fort entre les milieux de la culture et de l’éducation

Afin de renforcer la collaboration entre les milieux de la culture et de l’éducation au bénéfice des jeunes des écoles primaires et secondaires de toutes les régions du Québec, le député de Sherbrooke, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française et ministre responsable de la région de l’Estrie, monsieur Luc Fortin, et le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, monsieur Sébastien Proulx, ont annoncé un investissement de près de 10 millions de dollars pour l’année 2016-2017.

« Notre gouvernement est heureux de soutenir les milieux culturels et artistiques qui contribuent à l’éducation et à la formation de la jeunesse québécoise. La somme annoncée permettra notamment aux jeunes de faire des découvertes culturelles à l’occasion de sorties scolaires, par exemple dans des musées, au théâtre, à la bibliothèque ou au cinéma. L’objectif est de faire d’eux des citoyens actifs et avertis de manière à ce qu’ils puissent s’approprier et créer la culture de demain », a déclaré le ministre Fortin.

« Favoriser l’intégration de la culture à l’école contribue à stimuler les élèves en leur permettant de multiplier les expériences tout au long de leur parcours scolaire. Ceux-ci pourront ainsi développer leur ouverture et leur curiosité par l’entremise d’activités culturelles. Ces initiatives encouragent la réussite éducative des élèves, et c’est la raison pour laquelle je suis fier de les soutenir », a ajouté le ministre Proulx.

L’investissement du gouvernement du Québec pour les activités en matière de culture-éducation se répartit ainsi : le ministère de la Culture et des Communications (MCC) verse une somme de 5 millions de dollars au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour appuyer l’offre de création accessible aux jeunes publics ; le MCC consacrera également un montant de 2 millions de dollars au maintien et à la diversification de la gamme des activités en culture-éducation, dont les sorties scolaires en milieu culturel ; enfin, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur investira une somme de 2,7 millions de dollars par année, et ce, pour les trois prochaines années, pour favoriser l’apprentissage et la réussite éducative des élèves par l’entremise des arts et de la culture.

Source : Gouvernement du Québec

Le Conseil des arts du Canada accroîtra son soutien aux arts et aux cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis

Le Conseil des arts du Canada (CAC) triplera, d’ici 2021, ses investissements pour « favoriser la connaissance, la création et le partage de l’art et des cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis ».

Simon Brault, directeur du CAC, indique que « ce n’est pas du tout une manne, car au Canada, les investissements pour les arts autochtones sont historiquement très bas. On passe de 6 à 18 millions [de dollars] par année pour 4,2 % des artistes par année. Là où ce qu’on fait est plus révolutionnaire, poursuit-il, c’est en reconnaissant leur droit à l’autodétermination. Jusqu’à maintenant, on soutenait les arts autochtones dans une logique d’inclusion, dans un modèle fondamentalement eurocentriste, défini à partir des canons et critères de l’histoire de l’art européen. Là, on va tenir compte du contexte, prendre acte qu’on est dans un pays qui a pratiqué systématiquement une tentative de génocide culturel. On va remettre la responsabilité de la définition culturelle aux mains des autochtones. On tient compte de la transmission culturelle. Il y a là des micro-subventions pour aider des artistes en émergence mais reconnus par leur communauté, alors qu’ailleurs la définition du professionnalisme est différente ; et c’est le seul programme qui va soutenir financièrement les anciens, pour leur capacité de transmission. C’est un laboratoire où on voit des enjeux de soutien aux arts qui ne sont pas divorcés de la vie quotidienne ni de la survie de la communauté. C’est un nouveau laboratoire à ciel ouvert. »

Source : Le Devoir

Le 5e Congrès mondial de CGLU et Habitat III

11 novembre 2016  |  Aucun commentaire

sommet-bogotaLe 5e Congrès mondial de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) s’est tenu à Bogotá, en Colombie, du 12 au 15 octobre derniers, réunissant quelque 3 500 participants provenant de 110 pays. Le Congrès a mené à l’approbation de L’Engagement de Bogotá et l’Agenda d’action, qui fait référence à plusieurs dimensions culturelles du développement durable.

À Bogotá, la Commission Culture de CGLU est principalement intervenue lors de la séance Dialogue politique intitulée La culture, dimension dans la transformation urbaine ainsi que la session parallèle intitulée Lab Culture 21 : opérationnaliser la culture dans les villes durables. La Commission a également contribué à la Plateforme de travail permanente sur le droit à la ville, qui a abordé, entre autres, la question de la diversité. Plusieurs villes et experts collaborateurs de l’Agenda 21 de la culture ont activement participé à ces sessions.

habitat3Par ailleurs, la 3e Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III) s’est tenue à Quito, en Équateur, du 17 au 20 octobre derniers. Habitat III a mené à l’adoption officielle du Nouvel agenda urbain, qui doit influencer les politiques locales des 20 prochaines années. Le Nouvel agenda urbain inclut d’intéressantes références aux thématiques culturelles. En outre, il faut noter que la Déclaration de la seconde Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux, présentée lors d’Habitat III et adoptée lors d’une réunion ayant réuni une multitude de gouvernements locaux et régionaux, intègre un engagement sur la culture.

Source : CGLU

Le Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec veut intégrer la culture aux saines habitudes de vie des jeunes Québécois

21 octobre 2016  |  Aucun commentaire

RCRCQLes bienfaits de l’éducation aux arts et à la culture sont permanents et se manifestent tout au long de la trajectoire de vie, de la petite enfance à l’âge adulte. Il existe un lien fort entre l’éducation artistique pendant l’enfance et un ensemble d’indicateurs, comme le développement des compétences et la persévérance scolaire de nos jeunes. Les arts et la culture contribuent à la formation de citoyens engagés, solidaires et créatifs, plus aptes à relever les défis de la vie en société. C’est pour toutes ces raisons que le Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec (RCRCQ) souhaite que la participation aux arts et à la culture et l’éducation artistique soient intégrées aux saines habitudes de vie, au même titre que l’activité physique et la bonne alimentation.

Depuis 2012, le RCRCQ a lancé une vaste démarche de consultation nationale sur la citoyenneté culturelle des jeunes, qui s’est traduite par la tenue de douze forums régionaux en présence d’acteurs des milieux culturels, de l’éducation, des loisirs, des municipalités, des organismes de concertation et du milieu des affaires, notamment. Au total, ce sont des milliers de personnes qui ont participé à cette réflexion menée à l’échelle du Québec, pour développer ensemble des pistes d’action permettant d’atteindre les objectifs de la démarche : que tous les jeunes du Québec aient accès et participent activement aux arts et à la culture et acquièrent une culture artistique. Ultimement, le RCRCQ souhaite se doter d’un plan d’action national pour que les bienfaits de la culture puissent contribuer pleinement à l’épanouissement identitaire, social et professionnel des jeunes.

Pour donner suite aux forums régionaux, le RCRCQ a tenu, le 27 septembre dernier, une rencontre de travail avec une soixantaine de participants issus de plusieurs secteurs d’activités de la société civile. Réunissant aussi des représentants de différents ministères du gouvernement du Québec, la rencontre aura, selon Éric Lord, directeur général de Culture Mauricie et président du RCRCQ, « permis de démontrer très clairement comment l’accès à la culture, la participation culturelle et l’éducation artistique contribuent au développement personnel et social des jeunes Québécois ». La journée s’est conclue par un 4 à 7 convivial qui a permis de découvrir des bons coups de la Ville de Québec en matière de développement de la participation culturelle des jeunes.

Soutenir et développer l’éducation aux arts et à la culture, c’est investir dans notre bien-être collectif. Le RCRCQ souhaite donc que la mobilisation se poursuive et prenne racine, par des actions concrètes, dans chacun des milieux et dans chacune des régions du Québec. Aussi Éric Lord insiste-t-il sur la pertinence de rallier les gens à la cause : « Il est important que différents milieux et secteurs qui œuvrent au développement et au bien-être de nos jeunes s’engagent dans la démarche, car c’est la force du nombre qui permettra de faire bouger les choses quant à l’avenir de la jeunesse québécoise ». Le RCRCQ invite donc toutes les personnes qui croient au rôle fondamental des arts et de la culture dans le développement personnel et social des jeunes à visiter le rcrcq.ca ; à signer la charte d’engagement et à découvrir quels gestes ils peuvent poser pour encourager la citoyenneté culturelle des jeunes.

Source : RCRCQ

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés