Bulletins et communiqués

Actualités culturelles

Les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux se réunissent pour discuter de l’importance de la culture et du patrimoine

22 septembre 2014  |  Aucun commentaire

Alors que les Canadiens célèbrent le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux (FPT) responsables de la culture et du patrimoine se sont réunis à Charlottetown afin de discuter des retombées économiques et de l’état actuel du milieu culturel et patrimonial au Canada. Cette rencontre a été coprésidée par Mme Shelly Glover, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, et M. Robert Henderson, ministre du Tourisme et de la Culture de l’Île-du-Prince-Édouard. De nouvelles données économiques pour l’année 2010 ont été présentées au cours de cette réunion. Elles démontrent que la culture, les arts et le patrimoine contribuent à l’économie canadienne à hauteur de près de 50 milliards de dollars et représentent près de 647 000 emplois partout au pays. Cette rencontre s’est tenue au lendemain de la toute première réunion commune avec les ministres responsables du tourisme.

Les données économiques ont été obtenues à partir du Compte satellite de la culture (CSC), une source précise et fiable utilisant la méthodologie la plus rigoureuse et transparente à ce jour afin de mesurer l’importance et l’activité économiques de la culture, des arts et du patrimoine au Canada. Le CSC est le résultat d’un partenariat fructueux entre Statistique Canada, Patrimoine canadien, tous les gouvernements provinciaux et territoriaux, de nombreuses municipalités et plusieurs organisations non gouvernementales. De nouvelles statistiques seront fournies chaque année selon divers indicateurs, comme le produit intérieur brut (PIB) et les emplois.

Plusieurs autres priorités et projets collaboratifs ont fait l’objet de discussions au cours de la réunion. Les ministres ont d’ailleurs souligné l’importance d’encourager et de promouvoir les arts, la culture et le patrimoine. Leurs discussions ont porté, entre autres, sur la collaboration, laquelle permet de développer une économie créative; l’appui à la conservation du patrimoine par la durabilité, la revitalisation et la réutilisation des bâtiments du patrimoine; et la dissociation des canaux de télévision.

Tous les participants à la rencontre ont réitéré leur intérêt à l’égard des Jeux panaméricains et parapanaméricains de 2015, étant donné qu’ils donnent l’occasion aux provinces et aux territoires de mettre en valeur et de célébrer leur culture et leur créativité.

À la fin de la rencontre des ministres responsables de la culture et du patrimoine, la délégation du Nouveau-Brunswick a officiellement invité les ministres FPT dans sa province, en 2015, afin de poursuivre le dialogue sur les questions culturelles et patrimoniales.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Canada, le 10 septembre 2014

Incendie au Musée de la civilisation, à Québec

22 septembre 2014  |  Aucun commentaire

Un incendie au Musée de la civilisation a nécessité l’intervention d’une cinquantaine de pompiers, le 15 septembre dernier. Deux salles d’exposition ont été endommagées, mais aucune œuvre ne serait touchée. Cet incendie est lié aux travaux de réfection en cours sur l’immeuble.

Les pompiers ont combattu le brasier pendant plus de deux heures et demie. L’incendie s’est déclaré dans la toiture du Musée.

Des ouvriers effectuaient des travaux sur le revêtement de l’édifice. Certains ont raconté avoir vu le moteur de leur plateforme élévatrice prendre feu, ce qui a enflammé l’isolant à l’uréthane qu’ils étaient en train d’installer. L’hypothèse a été confirmée par les pompiers en début de soirée.

« On avait un feu dans l’entretoit, entre la toiture de tôle et des matériaux d’isolation. Le feu était pris dans les matériaux d’isolation. Ce qui a été difficile, c’était de défaire la toiture », explique M. Richard Wagner, chef des opérations des pompiers de Québec.

Le service incendie a déclenché une deuxième alarme, puis rapidement une troisième, avant de passer à une quatrième alarme, entraînant ainsi l’intervention d’une cinquantaine de pompiers.

Les pompiers ont réussi à empêcher la propagation des flammes au reste du bâtiment. Les œuvres ont aussi pu être épargnées, même si l’eau et la fumée ont causé d’importants dégâts dans au moins deux salles.

« C’est très dur », a exprimé le directeur du Musée de la civilisation, M. Michel Côté, après avoir constaté l’ampleur des dégâts.

L’exposition sur les Autochtones C’est notre histoire, qui comprend environ 300 objets, devra être entièrement refaite. « On retrouve beaucoup d’eau sur le plancher. Il va falloir enlever tous les planchers et tout recommencer l’exposition », de préciser M. Côté.

La bonne nouvelle, c’est que les œuvres ne sont pas touchées au premier coup d’œil, mentionne le directeur. Des employés avaient recouvert des objets de bâches avant d’être évacués et les pompiers ont poursuivi le travail. M. Côté parle d’un travail d’équipe « formidable ».

Mais des centaines d’objets devront être inspectés et nettoyés. Le Centre de conservation du Québec, un organisme gouvernemental, a déjà déployé une équipe spécialisée pour prêter main-forte aux conservateurs du Musée.

« Il faut d’abord protéger les objets de la suie éventuelle et retirer ceux qui pourraient être plus fragiles à l’humidité. Ce sont les deux grands facteurs qu’on doit surveiller de très près. Pour le moment, c’est une intervention d’urgence globale dans l’ensemble des salles du côté où il y a eu l’incendie. Après, on va procéder œuvre par œuvre », explique la directrice des collections, Kati Tari.

Une autre salle située sous le secteur incendié a aussi subi des dommages. Cette salle était en préparation pour accueillir l’exposition sur la danse contemporaine Corps rebelles. Aucun objet ne s’y trouvait, mais le plafond et le plancher sont à refaire. L’ouverture de l’exposition, prévue pour le 10 octobre, risque d’être repoussée.

Source : Nouvelle diffusée sur le site Web de ICI Radio-Canada, le 15 septembre 2014

Campagne électorale au Nouveau-Brunswick : les chefs des partis s’expriment sur les arts et la culture

22 septembre 2014  |  Aucun commentaire

En pleine campagne électorale, l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) et ArtsLink NB ont lancé une série de courtes vidéos qui donnent l’occasion aux chefs des partis politiques de s’exprimer à propos des arts et de la culture au Nouveau-Brunswick. Dans ces vidéos de 60 secondes en français et en anglais, les chefs précisent les engagements de leur parti à l’égard des artistes, des arts et de la culture.

Cette initiative a permis aux citoyens et aux citoyennes de la province d’entendre les chefs énoncer la vision de leur parti en ce qui concerne les arts et la culture pour les quatre prochaines années dans leur province. Les associations remercient David Alward (Parti progressiste-conservateur), Dominic Cardy (Nouveau Parti démocratique), David Coon (Parti vert) et Brian Gallant (Parti libéral) de leur participation à ce projet. Visionner les vidéos

Rappelons que, pendant la dernière année, les associations ont défendu auprès des partis politiques :

  • la reconnaissance de la profession d’artiste au Nouveau-Brunswick (le Groupe de travail du premier ministre sur le statut de l’artiste a été mis sur pied en juillet 2014) ;
  • la révision de la Politique culturelle (adoptée en juin 2014) ;
  • l’augmentation de quatre millions de dollars par année, pendant les quatre prochaines années, du budget consacré aux arts, à la culture et au patrimoine pour la mise en œuvre de cette nouvelle politique (une première augmentation de trois millions de dollars a été accordée en février 2014).

Ainsi, l’AAAPNB et ArtsLink NB rappellent aux candidats et aux candidates ainsi qu’aux citoyens et aux citoyennes l’importante contribution des arts et de la culture au Nouveau-Brunswick. Ce secteur contribue au dialogue entre les peuples, participe à l’éducation des jeunes, agit sur le mieux-être de la population et encourage une plus grande participation citoyenne. En 2010, il représentait, au Nouveau-Brunswick, des retombées de 910 millions de dollars (MQO Research, 2012). En mai 2014, on dénombrait 11 800 travailleuses et travailleurs dans le secteur de l’information, de la culture et des loisirs du Nouveau-Brunswick, soit davantage que dans le secteur de la foresterie, de la pêche, des mines, de l’exploitation en carrière et de l’extraction de pétrole et de gaz (Statistique Canada, tableau 282-0120). De plus, 99,7 % des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises ont participé à au moins une activité artistique, culturelle ou patrimoniale en 2010 (Hill Stratégies Recherche, 2012).

Le scrutin a eu lieu le 22 septembre dernier.

Source : Nouvelle diffusée par l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick, le 4 septembre 2014

Construction d’une nouvelle école francophone à Thompson, au Manitoba

22 septembre 2014  |  Aucun commentaire

Le 18 septembre dernier, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Manitoba, M. James Allum, s’est joint à des élèves, des enseignants et des représentants gouvernementaux afin de lancer les travaux de construction d’une nouvelle école allant de la garderie à la 12e année à Thompson. Cette nouvelle école permettra de répondre à la hausse des inscriptions au programme français dans le nord de la province. Les travaux seront menés en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

« C’est une journée très importante pour le nord du Manitoba. Une nouvelle école représente plus que des briques et [du] mortier : c’est un lieu où les élèves peuvent apprendre et acquérir les compétences nécessaires pour tirer parti de l’économie croissante du Manitoba », a déclaré M. Allum. « Cette nouvelle école assurera aux élèves une éducation de qualité et servira de plaque tournante pour la communauté francophone résidant dans le nord du Manitoba. »

La nouvelle école, d’une superficie de 2 434 m² (26 200 pi²), comprendra un gymnase multifonctionnel et une salle polyvalente qui pourront accueillir des activités communautaires lorsqu’ils ne seront pas utilisés par les élèves. Elle comprendra également une garderie et un centre de ressources pour les familles.

« Le gouvernement du Manitoba appuie sans réserve cette initiative, car les possibilités d’apprentissage de qualité sont importantes pour les familles de Thompson », a ajouté M. Allum. « Le fait d’avoir un environnement accessible et encourageant dans lequel les jeunes enfants peuvent apprendre, s’épanouir et développer leurs compétences est essentiel dans les premières années de leur enfance et c’est pourquoi nous sommes également ravis qu’un centre d’éducation préscolaire et une garderie soient présents dans la nouvelle école. »

Actuellement, 81 élèves francophones fréquentent l’école communautaire La voie du Nord, située dans l’école élémentaire de Burntwood, dans le cadre d’une entente de partage d’établissement avec le conseil scolaire de Mystery Lake. La nouvelle école de la DSFM aura également une incidence bénéfique sur la communauté de l’école élémentaire de Burntwood, car cette dernière disposera alors de plus d’espace pour mieux répondre aux besoins des élèves du conseil scolaire, selon le ministre.

Le gouvernement du Manitoba fournit 11,1 millions de dollars pour soutenir ce projet.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Manitoba, le 18 septembre 2014

Ouverture du Musée canadien pour les droits de la personne

22 septembre 2014  |  Aucun commentaire

MCDP

Le 19 septembre dernier a eu lieu, à Winnipeg, au Manitoba, l’ouverture officielle du Musée canadien pour les droits de la personne.

Il s’agit du premier musée exclusivement consacré à l’évolution des droits de la personne, à leur avenir et à leur célébration. L’institution vise non seulement à créer un carrefour national voué à faire connaître les droits de la personne, mais aussi à contribuer à l’avènement d’un nouveau leadership en matière de droits de la personne, tant au Canada qu’à l’échelle planétaire. Plus précisément, le Musée a pour mission d’explorer le thème des droits de la personne en vue d’accroître la compréhension du public à cet égard, de promouvoir le respect des autres et d’encourager la réflexion et le dialogue. En savoir davantage

Source : Site Web du Musée canadien pour les droits de la personne

Il est encore temps de joindre le Mouvement national de déclaration municipale des Journées de la culture!

2 septembre 2014  |  Aucun commentaire

jour-cult

De nombreuses municipalités ont déjà déclaré le dernier vendredi de septembre et les deux jours suivants Journées de la culture!

Et vous?

Avez-vous adopté une résolution affirmant la volonté de votre municipalité ou de votre MRC à participer aux Journées de la culture? Consultez la liste établie par Les Arts et la Ville pour vérifier si vous y figurez; si vous n’y êtes pas, faites-nous parvenir votre proclamation municipale à l’adresse suivante : info[arobas]arts-ville[point]org.

Comment adhérer au mouvement?

Rien de plus simple!

  1. Téléchargez le modèle de résolution;
    Version Word
    Version PDF
  2. Soumettez la résolution à votre conseil municipal ou au conseil d’administration de votre MRC;
  3. Retournez une copie de la résolution adoptée par courriel à info[arobas]arts-ville[point]org
    ou par la poste à l’adresse suivante :
    Les Arts et la Ville, 870, avenue De Salaberry, bureau 122, Québec (Québec) G1R 2T9.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, n’hésitez pas à communiquer avec nous :

Culture pour tous : 1 866 734-4441 ou plus de détails au www.journeesdelaculture.qc.ca
Les Arts et la Ville : 418 691-7480 ou plus de détails au www.arts-ville.org/activites/journees-de-la-culture

Renouvellement du programme Rues principales en Saskatchewan

2 septembre 2014  |  Aucun commentaire

Le ministère du Tourisme, des Parcs, de la Culture et des Sports de la Saskatchewan a récemment renouvelé le programme Rues principales Saskatchewan d’Héritage Canada La Fiducie nationale (HCFN), et l’a rendu permanent.

Le programme Rues principales d’HCFN est une stratégie détaillée et éprouvée de revitalisation des collectivités. Il confère aux élus, aux commerçants, aux résidents et aux autres citoyens le pouvoir de façonner le destin de leur centre-ville en misant sur l’identité de la localité, sur ses bâtiments historiques et sur ses traditions culturelles comme autant d’outils disponibles pour susciter l’activité économique, sociale et culturelle. Le programme de la Saskatchewan, tout comme les programmes Rues principales de portée provinciale qui connaissent un grand succès au Québec et en Alberta, a été mis sur pied avec l’aide d’HCFN.

« Rues principales est un puissant élément de la trousse à outils d’Héritage Canada, dit la directrice générale d’HCFN, Natalie Bull. Nous sommes heureux de voir le programme s’enraciner en Saskatchewan, et nous serons heureux d’approfondir et de bonifier notre collaboration avec le ministère du Tourisme, des Parcs, de la Culture et des Sports. Le but ultime consiste à offrir, en matière de régénération des collectivités, une solution holistique et durable qui transcende le cloisonnement, optimise les efforts financiers et bénévoles et anime aussi bien qu’amplifie le patrimoine cher aux collectivités, sous toutes ses formes. »

La décision de poursuivre le programme a été fondée sur le succès du programme de démonstration du gouvernement de la Saskatchewan. Lancé en 2011, celui-ci visait des projets pilotes dans quatre localités : Indian Head, Wolseley, Maple Creek et Prince Albert. Sur une période de trois ans, le gouvernement a investi 1,65 million de dollars et produit des résultats impressionnants : 22 nouvelles entreprises, des rachats de biens immobiliers pour 6,5 millions de dollars et 4,9 millions de dollars en engagements à investir dans des améliorations à des bâtiments historiques et des paysages urbains, y compris 3,9 millions de dollars d’investissements privés.

Source : Communiqué diffusé par Héritage Canada La Fiducie nationale, le 15 juillet 2014

Un mandat de réflexion sur les librairies agréées

2 septembre 2014  |  Aucun commentaire

La ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Hélène David, a confié à son adjoint parlementaire et député de Sherbrooke, M. Luc Fortin, le mandat de mener une réflexion sur les moyens de consolider les librairies agréées.

« À la suite des consultations sur la réglementation du prix de vente des livres neufs qui ont eu lieu en août et en septembre 2013, la nécessité d’accompagner les librairies indépendantes pour assurer leur vitalité culturelle et commerciale a été mise en lumière. Le mandat que je confie à mon adjoint parlementaire a donc l’objectif d’assurer l’accessibilité au livre, en maintenant un réseau de librairies agréées fort partout au Québec et sur le Web », a mentionné la ministre David.

Le gouvernement souhaite mettre en place des mesures qui auront des effets non seulement sur les librairies agréées, mais aussi sur les lecteurs et l’ensemble des acteurs de la chaîne québécoise du livre qui comptent sur ces lieux essentiels de diffusion et de promotion. Plutôt que d’opter pour une solution partielle comme la fixation du prix des nouveautés, dont les effets sur les pratiques de consommation et sur le lectorat sont incertains et qui n’agit pas sur l’ensemble des facteurs de fragilisation des librairies, M. Fortin devra recommander des actions ciblées dont les résultats concrets pourront être rapidement appréciés.

« Je souhaite que les librairies agréées puissent assumer pleinement leur rôle culturel sur le territoire québécois et sur le Web. Il importe d’appuyer leur développement », a déclaré M. Fortin.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 20 juin 2014

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés