Bulletins et communiqués

Bibliothèques

Lancement d’une campagne d’engouement pour les bibliothèques québécoises

11 novembre 2016  |  Aucun commentaire

Table permanente de concertation des biblioth-ques qu-b-coises-L

Dans la foulée du dépôt de la Déclaration des bibliothèques québécoises à l’Assemblée nationale le 19 octobre dernier, la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises lance une campagne sur les médias sociaux qui vise à stimuler l’engouement des Québécois pour leurs bibliothèques. Intitulée Ma bibliothèque, j’y vais!, cette campagne réunit 24 personnalités de multiples domaines qui ont voulu raconter leur attachement pour les bibliothèques. Qu’ils soient anecdotiques ou réfléchis, drôles ou sérieux, leurs témoignages révèlent un profond respect pour l’accès aux livres, au savoir et à ces lieux magiques que sont les bibliothèques. Voici deux exemples :

Marie-Thérèse Fortin, comédienne : « Moi, j’ai fait le tour du monde… en allant à la bibliothèque. Moi, j’ai fréquenté des rois, chassé des baleines et arpenté les couloirs de Poudlard en allant à la bibliothèque. »

Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale : « Je crois à l’importance de la bibliothèque comme formidable outil de démocratisation de la culture et du savoir. Elle joue un rôle crucial pour encourager la lecture dès l’enfance et favoriser la littératie. Le savoir et la culture sont sans contredit des leviers de développement économique et social. »

Christiane Barbe, présidente de la Table de concertation, s’est dite touchée par la générosité des gens qui ont témoigné. « Chaque fois qu’une personnalité ajoutait son nom à la liste, j’étais émue. Ces 24 déclarations d’amour pour les bibliothèques renforcent ma conviction : ce qui se trame au quotidien dans les 4 000 bibliothèques du Québec est essentiel. »

Tous les témoignages peuvent être consultés sur le site mabibliothequejyvais.com

Simple et modeste, la campagne se déploie principalement sur les médias sociaux et prendra la forme de petites vignettes avec photo et témoignage, faciles à partager en ligne. Les personnes qui souhaitent joindre leur voix à celles des personnalités seront invitées à déposer leur propre témoignage sur mabibliothequejyvais.com. Ainsi se créera une œuvre collective, une chorale de témoignages venant de partout ; autant de raisons pour lesquelles il faut protéger et faire vivre nos bibliothèques.

Les bibliothèques, vecteurs de littératie et de développement durable

Au fil des ans, de nombreuses études ont mis en lumière l’apport social, culturel et économique des bibliothèques en tant qu’agents favorisant la littératie et l’accès à l’information. Selon l’OCDE, une société qui augmente son taux de littératie de 1 % fait grimper son PIB par habitant de 1,5 %. Les bibliothèques sont aussi les lieux par excellence de l’apprentissage tout au long de la vie, une composante essentielle de l’éducation moderne qui, selon l’UNESCO, procure de nombreux bénéfices aux individus et à la société. Enfin, l’accès à l’information est de plus en plus souvent cité comme un élément fondamental du développement durable. Lors de sa réunion annuelle à Lyon en août 2014, la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’institutions (IFLA) déclarait : « Un accès accru à l’information et à la connaissance, soutenu par une alphabétisation universelle, est un pilier essentiel du développement durable. »

Un vaste réseau qui se modernise

On estime à plus de 4 000 le nombre de bibliothèques sur le territoire québécois, dont la majorité est représentée à la Table de concertation. Parmi elles, on compte des bibliothèques publiques, des bibliothèques liées aux établissements d’enseignement universitaire, collégial, secondaire ou primaire, et des bibliothèques de recherche en milieu de travail ; on pense entre autres aux bibliothèques juridiques, gouvernementales et médicales.

Au Québec, ces dernières années, les bibliothèques ont amorcé avec enthousiasme l’intégration des outils numériques en appui aux missions de base, ce qui entraîne forcément l’élargissement des services. Loin de simples comptoirs de prêt et de salles de lecture d’antan, les bibliothèques se redéfinissent aujourd’hui comme des espaces de vie, des « troisièmes lieux » entre l’univers du travail et celui de la famille, des espaces où on aime passer du temps, apprendre et partager des expertises et des expériences.

Au sujet de la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises

La Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises a été créée en décembre 2002 par le ministère de la Culture et des Communications afin de soutenir la collaboration entre les bibliothèques publiques, scolaires, collégiales, universitaires et spécialisées au Québec. Ses travaux ont jusqu’à présent mené à d’importantes réalisations concrètes telles que la création du Catalogue des bibliothèques québécoises, la mise en œuvre du réseau informatisé de prêt entre bibliothèques et la mise en œuvre du Service québécois de traitement documentaire utilisé par plus de 3 000 points de service au Québec. Actuellement, les travaux de la Table portent sur l’évolution des bibliothèques à l’ère numérique, sur la promotion de l’importance des bibliothèques dans la société et la sensibilisation de la population à leur rôle crucial ainsi que sur les retombées économiques des bibliothèques.

Source : Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises
Image : Yannick Nézet-Séguin (Groupe CNW/Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises)

Dépôt de la Déclaration des bibliothèques québécoises à l’Assemblée nationale

21 octobre 2016  |  Aucun commentaire

La Déclaration des bibliothèques québécoises, élaborée par la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises, a été déposée le 19 octobre dernier à l’Assemblée nationale. Document phare rédigé en collégialité par les membres de la Table, la Déclaration réaffirme la contribution incontournable des bibliothèques à la vitalité sociale, à la prospérité économique et à la richesse culturelle de la société québécoise.

« Ce matin, nous vivons l’aboutissement d’un travail rigoureux mené en étroite collaboration avec des collègues et amis, tous passionnés par ces lieux de mémoire, de savoir et d’ouverture sur le monde que sont les bibliothèques. Petites ou grandes, modestes ou imposantes, où qu’elles soient situées sur le territoire et peu importe qu’on y accède de manière physique ou virtuelle, les bibliothèques sont toujours des leviers d’apprentissage, de développement et de prospérité dans une société. Nous sommes très fiers ce matin que leur apport soit officiellement reconnu », a déclaré Christiane Barbe, présidente de la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises et présidente-directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Les bibliothèques, vecteurs de littératie et de développement durable

Au fil des ans, de nombreuses études ont mis en lumière l’apport social, culturel et économique des bibliothèques en tant qu’agents favorisant la littératie et l’accès à l’information. Selon l’OCDE, une société qui augmente son taux de littératie de 1 % fait grimper son PIB par habitant de 1,5 %. Les bibliothèques sont aussi les lieux par excellence de l’apprentissage tout au long de la vie, une composante essentielle de l’éducation moderne qui, selon l’UNESCO, procure de nombreux bénéfices aux individus et à la société. Enfin, l’accès à l’information est de plus en plus souvent cité comme un élément fondamental du développement durable. Lors de sa réunion annuelle à Lyon en août 2014, la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’institutions (IFLA) déclarait : « Un accès accru à l’information et à la connaissance, soutenu par une alphabétisation universelle, est un pilier essentiel du développement durable ».

Un vaste réseau qui se modernise

On estime à plus de 4 000 le nombre de bibliothèques sur le territoire québécois, dont la majorité est représentée à la Table de concertation. Parmi elles, on compte des bibliothèques publiques, des bibliothèques liées aux établissements d’enseignement universitaire, collégial, secondaire et primaire, ainsi que des bibliothèques spécialisées en milieu de travail, notamment des bibliothèques juridiques, gouvernementales et médicales.

Au Québec, ces dernières années, les bibliothèques ont amorcé avec enthousiasme l’intégration des outils numériques en appui aux missions de base, ce qui entraîne forcément l’élargissement de leurs services. Loin d’un simple comptoir de prêt et de la salle de lecture d’antan, les bibliothèques se redéfinissent aujourd’hui comme des espaces de vie, des « troisièmes lieux » situés entre l’univers du travail et celui de la famille, des espaces où on aime passer du temps, apprendre et partager des expertises et des expériences.

Au sujet de la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises

La Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises a été créée en décembre 2002 par le ministère de la Culture et des Communications afin de soutenir la collaboration entre les bibliothèques publiques, scolaires, collégiales, universitaires et spécialisées au Québec. Ses travaux ont jusqu’à présent mené à d’importantes réalisations, telles que la création du Catalogue des bibliothèques québécoises, la mise en œuvre du réseau informatisé de prêt entre bibliothèques et la mise en œuvre du Service québécois de traitement documentaire, utilisé par plus de 3 000 points de service au Québec. Actuellement, les travaux de la Table portent sur l’évolution des bibliothèques à l’ère numérique, sur la promotion de l’importance des bibliothèques dans la société et la sensibilisation de la population à leur rôle crucial ainsi que sur les retombées économiques des bibliothèques.

Source : Gouvernement du Québec

Suspension de la mise en vente de l’édifice de la bibliothèque Saint-Sulpice, à Montréal

23 juin 2015  |  Aucun commentaire

biblio-st-sulpiceLe ministère de la Culture et des Communications (MCC) et la Ville de Montréal mettront sur pied un comité de travail conjoint visant à analyser les opportunités permettant de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice et d’assurer sa pérennité. Ainsi, le processus de mise en vente de l’immeuble patrimonial classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel sera suspendu le temps d’explorer les propositions que fera ce comité.

« Je me réjouis de cette main tendue par le maire de la Ville de Montréal. Malgré les multiples efforts déployés au cours des dernières années afin de trouver une nouvelle vocation et un nouvel occupant à l’édifice, cela fait déjà plus d’une décennie que l’édifice de la bibliothèque Saint-Sulpice est vacant. En tout temps, la revitalisation ainsi que la pérennisation de ce prestigieux établissement ont été au cœur des préoccupations du gouvernement en matière de préservation du patrimoine. Cette nouvelle initiative conjointe avec la Ville de Montréal s’inscrit dans notre volonté d’explorer toutes les avenues possibles permettant de donner une nouvelle vie à l’immeuble. Nous prendrons le temps d’évaluer toutes les possibilités résultant de cette initiative conjointe quant à l’avenir de ce joyau de notre patrimoine culturel », a fait savoir la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, madame Hélène David.

La bibliothèque Saint-Sulpice bénéficie du plus haut statut de protection que confère la Loi sur le patrimoine culturel à un immeuble, lequel demeurera valide peu importe l’occupant. Les obligations légales liées au statut juridique de la bibliothèque doivent être respectées.

L’information sur la bibliothèque Saint-Sulpice et sur tous les éléments patrimoniaux inscrits au Registre du patrimoine culturel du Québec est disponible dans le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ).

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 24 mai 2015
Information sur l’image : Bibliothèque Saint-Sulpice. Vue avant / Jean-François Rodrigue 2004, © Ministère de la Culture et des Communications

Dévoilement de la nouvelle Bibliomobile de Laval

23 juin 2015  |  Aucun commentaire

Les Bibliothèques de Laval ont dévoilé la nouvelle Bibliomobile, qui a fait sa première apparition officielle devant l’hôtel de ville.

Lancée à l’été 2014 à titre de projet pilote, la Bibliomobile sillonne le territoire lavallois, s’arrêtant notamment dans les parcs et les écoles, afin d’offrir aux citoyens un service gratuit de prêt de livres, de même que des activités d’animation.

Devant le succès du projet pilote, il a été décidé de reconduire le projet en 2015 et de faire officiellement de la Bibliomobile le 10e point de service des Bibliothèques de Laval. Le camion utilisé jusqu’à présent a été remplacé par un véhicule plus spacieux et plus écologique. La nouvelle camionnette pourra désormais accueillir les usagers de la Bibliomobile en toute saison.

Depuis le 25 juin 2014, la Bibliomobile de Laval a parcouru 6 100 km et prêté plus de 13 500 documents. Elle est allée à la rencontre de plus de 9 570 personnes de tous âges, provenant de diverses communautés culturelles et issues de différents quartiers de Laval. Elle a visité sept parcs par semaine durant l’été entre le 29 juin et le 20 août 2014, rencontré 26 organismes et écoles durant l’année scolaire (de septembre 2014 à juin 2015) et présenté plus d’une centaine d’animations.

Source : Communiqué diffusé par la Ville de Laval, le 27 mai 2015

Inauguration d’une première microbibliothèque à Trois-Rivières

23 juin 2015  |  Aucun commentaire

L’organisme Démarche des premiers quartiers a inauguré récemment la première d’une dizaine de microbibliothèques qu’il compte implanter bientôt dans différents quartiers trifluviens.

Le principe du projet Livres à partager ! est simple : l’organisme recueille des livres et périodiques en bon état qu’il met par la suite à la disposition du public gratuitement par l’intermédiaire de ces boîtes à livres au design unique, tout en invitant les gens qui prennent un livre à en remettre un en retour. N’importe qui peut ainsi s’y approvisionner au gré de ses envies.

Les boîtes seront toutes installées sur des terrains privés dont les propriétaires s’assureront de vérifier que la boîte contient toujours des livres et qu’elle est en bon état.

L’idée a été soumise une citoyenne trifluvienne qui, voyant le succès de l’initiative à Montréal, a contacté Démarche des premiers quartiers pour l’implanter à Trois-Rivières. Lire l’article intégral

Source : Article de François Houde publié dans Le Nouvelliste, le 18 juin 2015

Inauguration de la bibliothèque municipale de Saint-Camille-de-Lellis

26 mai 2015  |  Aucun commentaire

La bibliothèque municipale de Saint-Camille-de-Lellis, dans la région de Chaudière-Appalaches, a été inaugurée le 8 mai dernier. Située au cœur de la municipalité, elle occupe l’espace de l’ancien magasin général Henri-Louis-Poulin, cité immeuble patrimonial.

Le projet visait la restauration du magasin général Henri-Louis-Poulin, construit en 1925, dans le but d’en faire un lieu à vocation culturelle et communautaire. Le ministère de la Culture et des Communications (MCC) a participé à sa réalisation en finançant la restauration de l’enveloppe extérieure, comprenant notamment l’isolation des fondations, la remise en état de la toiture et des galeries ainsi que le remplacement des portes et des fenêtres. Son intérêt patrimonial repose sur ses valeurs historique et architecturale, de même que sur son implantation qui témoigne de l’organisation spatiale de l’ancienne trame du village de Saint-Camille-de-Lellis.

Notons qu’une œuvre d’art public, intitulée Ours #14 et conçue par un artiste de la région, monsieur Michel Saulnier, est installée dans l’aire d’accueil de la bibliothèque. Il s’agit d’une estampe en couleurs acquise dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics.

Le MCC a versé 294 700 $ pour la restauration extérieure du bâtiment, en vertu du programme Aide aux immobilisations. La Municipalité a complété le montage financier en ajoutant 32 800 $, en plus des sommes nécessaires pour aménager la bibliothèque et acquérir l’ancien magasin général.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 8 mai 2015

Modernisation du Centre d’archives de la région de Thetford Mines

26 mai 2015  |  Aucun commentaire

Le Centre d’archives de la région de Thetford Mines a inauguré de nouveaux locaux le 30 avril dernier.

Le projet a permis de relocaliser le Centre d’archives près de la bibliothèque municipale et collégiale du Cégep de Thetford Mines, d’aménager une aire d’accueil, des espaces de bureau pour le traitement des archives et une salle de consultation pour les chercheurs. Il a également permis d’aménager un magasin d’archives, avec des étagères mobiles pour l’entreposage des documents et un système de contrôle de la température et de l’humidité permettant de respecter les exigences de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en matière de conservation des archives et d’accessibilité pour la population. Fondé en 1985, le Centre d’archives est agréé par BAnQ depuis 1990.

La participation du ministère de la Culture et des Communications du Québec, en vertu de son programme Aide aux immobilisations, représente 407 800 $, soit 90 % du coût total. Le Centre d’archives a complété le montage financier par l’apport du milieu, lors d’une campagne de financement, ainsi que par la contribution financière du Cégep de Thetford Mines et des Caisses Desjardins de la région.

Source : Communiqué diffusé par le Centre d’archives de la région de Thetford Mines, le 30 avril 2015

Ouverture de la bibliothèque Saul-Bellow, dans l’arrondissement de Lachine, à Montréal

26 mai 2015  |  Aucun commentaire

La bibliothèque Saul-Bellow, située dans l’arrondissement de Lachine, à Montréal, a ouvert ses portes le 2 mai dernier à la suite des travaux d’agrandissement et de réaménagement dont elle a été l’objet. Ces travaux ont permis de bonifier l’offre de services de l’arrondissement, tant sur les plans qualitatifs que normatifs. La bibliothèque offre désormais aux citoyens une institution moderne, attrayante, fonctionnelle et ouverture sur sa communauté. Elle constitue un pôle culturel et social au cœur de l’arrondissement.

Construite en 1975, la bibliothèque Saul-Bellow démontrait ses limites en termes d’espace, d’accessibilité et de fonctionnalité. Le nouvel édifice est résolument ancré dans le XXIe siècle et conçu selon des standards élevés. Soulignons que la superficie de la bibliothèque Saul-Bellow a presque doublé à la suite des travaux.

Le projet de rénovation et d’agrandissement de la bibliothèque Saul-Bellow, dont les coûts ont totalisé 13 millions de dollars, a été réalisé dans le cadre du Programme de rénovation, d’agrandissement et de construction de bibliothèques (RAC). Il a bénéficié du soutien financier du ministère de la Culture et des Communications, de la Ville de Montréal et de l’Arrondissement de Lachine, dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

Source : Site Web de l’Arrondissement de Lachine (Ville de Montréal)

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés