Bulletins et communiqués

Patrimoine

Avis d’intention de classement pour le site archéologique de l’Île-aux-Tourtes et sa collection d’objets

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

Dans le cadre du Mois de l’archéologie, le ministère de la Culture et des Communications a procédé à la signature d’un avis d’intention de classement pour le site archéologique de l’Île-aux-Tourtes, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. L’avis d’intention de classement vise le terrain du site ainsi que sa collection d’objets archéologiques.

Le site archéologique de l’Île-aux-Tourtes, situé en Montérégie, et la collection des 358 objets les plus significatifs extraits du site présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur historique et archéologique.

Le site archéologique est associé aux missions des communautés religieuses et est considéré comme l’un des mieux préservés au Québec. Plusieurs vestiges inestimables y ont d’ailleurs été retrouvés tels que de nombreux artefacts, une structure en pierre correspondant aux fondations d’une chapelle, en plus d’un cimetière contenant encore plusieurs sépultures.

La collection d’objets comprend quant à elle plusieurs artefacts et écofacts témoignant de l’occupation amérindienne et euroquébécoise de l’île au cours du premier quart du XVIIIe siècle.

De l’information additionnelle concernant le site archéologique de l’Île-aux-Tourtes se trouve sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ).

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 27 août 2013

Désignation de Samuel de Champlain à titre de personnage historique et de la fondation de la ville de Québec comme événement historique

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

À l’occasion du jour anniversaire de la fondation de la capitale nationale, le ministère de la Culture et des Communications a procédé à la désignation de Samuel de Champlain à titre de personnage historique, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel qui est entrée en vigueur le 19 octobre dernier. Le Ministère a également désigné la fondation de la ville de Québec comme événement historique.

Le 3 juillet 1608, l’explorateur Samuel de Champlain débarque à Québec en compagnie d’une trentaine d’ouvriers. Champlain adopte ce territoire en raison notamment de son emplacement stratégique à l’endroit où le fleuve se rétrécit, ce qui permet d’exercer un contrôle serré sur le trafic maritime. D’abord un comptoir de commerce, Québec est appelée à devenir le centre administratif et politique de la Nouvelle-France.

En fondant la ville de Québec, Samuel de Champlain a marqué les débuts de la civilisation française en Amérique. Il est aujourd’hui reconnu comme le père de la Nouvelle-France.

Le 3 juillet marque cette année le 405e anniversaire de la fondation de la ville de Québec. La désignation de ce personnage témoigne du rôle qu’il a joué dans le développement de la ville.

De l’information additionnelle concernant Samuel de Champlain et la fondation de la ville de Québec figure sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 3 juillet 2013

Un accord de principe pour la restauration de l’ancien hôtel de ville de Lauzon, à Lévis

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

Le ministère de la Culture et des Communications a annoncé, le 4 juillet dernier, un accord de principe de 228 500 $ pour le projet de restauration de l’ancien hôtel de ville de Lauzon, à Lévis. Cette aide financière proviendra du Fonds du patrimoine culturel québécois, dans le cadre du programme Aide aux immobilisations.

Érigé vers 1875, l’édifice est protégé depuis 1975. L’ancien hôtel de ville de Lauzon présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. De style Second Empire, il est représentatif des édifices publics et institutionnels érigés à la fin du XIXe siècle. Il possède aussi une grande valeur historique liée aux fonctions publiques et communautaires qu’il a remplies.

Le bâtiment n’a pas fait l’objet de travaux importants depuis 2001. L’accord de principe permettra de poursuivre la définition du projet et de compléter le montage financier pour la restauration de l’enveloppe extérieure du bâtiment et le renforcement d’une partie de sa structure.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 4 juillet 2013

Désignation de Louis Hémon comme personnage historique

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

À l’occasion du 100e anniversaire du décès de Louis Hémon, le ministère de la Culture et des Communications a procédé à sa désignation à titre de personnage historique, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Louis Hémon, auteur et journaliste né en France, est débarqué au Québec en 1911. Un an plus tard, il s’est installé dans la région du Lac-Saint-Jean, où il a entrepris la rédaction de son roman reconnu comme le plus important de l’école du terroir, Maria Chapdelaine : récit du Canada français. L’ouvrage s’inspire de la vie des colons établis autour du lac Saint-Jean. À la suite du décès de l’auteur, le roman a été publié à Montréal et a connu un grand succès. Ce livre québécois a été tiré à plusieurs millions d’exemplaires, a donné lieu à 150 éditions en plus de 20 langues, a inspiré trois adaptations cinématographiques et une pièce de théâtre.

De l’information additionnelle concernant Louis Hémon figure sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 8 juillet 2013

Une aide de 12 700 $ pour la restauration de la chapelle des Marins, à L’Islet

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

chapelle-marins

Le ministère de la Culture et des Communications a annoncé l’attribution d’une aide financière de 12 700 $ à la Municipalité de L’Islet pour la réalisation de travaux de restauration de la chapelle des Marins.

Le projet de restauration est estimé à près de 32 000 $ et vise principalement des travaux à effectuer sur l’enveloppe extérieure du bâtiment. La chapelle des Marins a été construite en 1835 et classée en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel en 1981. Faisant partie du riche patrimoine de la municipalité de L’Islet, ce petit édifice religieux rappelle l’important passé maritime de L’Islet, où étaient établis de nombreux matelots et pilotes du Saint-Laurent. Les noms de ceux disparus en mer sont inscrits sur des panneaux disposés à l’intérieur.

L’aide financière du ministère de la Culture et des Communications provient du volet 1 du Fonds du patrimoine culturel québécois et représente 40 % du coût des travaux admissibles.

Des renseignements additionnels concernant la chapelle des Marins figurent sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 18 juin 2013
Information sur l’image : Chapelle des Marins. Vue avant. Marie-Claude Côté 2003, © Ministère de la Culture et des Communications

Désignation de l’arrivée des Filles du roi en Nouvelle-France à titre d’événement historique

3 septembre 2013  |  Aucun commentaire

À l’occasion du 350e anniversaire de l’arrivée du premier contingent de Filles du roi en Nouvelle-France, le ministère de la Culture et des Communications a désigné l’arrivée des Filles du roi en Nouvelle-France à titre d’événement historique en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre dernier.

Pour résoudre le problème de déséquilibre démographique auquel la Nouvelle-France est confrontée au cours du XVIIe siècle, le roi Louis XIV décide de favoriser le passage de jeunes femmes célibataires, appelées les Filles du roi, depuis la France jusqu’à la colonie, en vue de les marier aux colons et d’encourager la formation de familles. L’immigration des Filles du roi en Nouvelle-France est une politique royale qui commence en 1663.

Cette année-là, 38 Filles du roi viennent s’établir en Nouvelle-France ; 36 d’entre elles font partie du premier contingent arrivé le 22 septembre 1663. De 1663 à 1673, entre 770 et 1 000 jeunes femmes acceptent ainsi de migrer vers la Nouvelle-France en échange d’avantages consentis par le roi. Ce dernier assure non seulement leur traversée à ses frais, mais s’engage à les vêtir et, pour certaines, à les munir d’une dot d’au moins 50 livres afin de faciliter leur union.

Les Filles du roi viennent de milieux défavorisés ; environ le tiers d’entre elles sont choisies parmi les orphelines de la Salpêtrière, à Paris. D’autres viennent des orphelinats, des couvents et des institutions de charité du nord-ouest de la France. Certaines jeunes femmes issues de la bourgeoisie et de la petite noblesse comptent également parmi les Filles du roi.

En raison de leurs origines modestes, les Filles du roi ont souvent été considérées à tort comme des femmes de mauvaise vie. Les recherches les plus récentes démontrent, au contraire, que ces jeunes femmes désireuses d’immigrer en Nouvelle-France ont été sélectionnées selon des critères assez stricts. Pour les premières cohortes, on exigeait même des certificats de bonne conduite témoignant de la rigueur morale de la candidate.

Cet exercice hautement symbolique de la désignation de l’arrivée des Filles du roi en Nouvelle-France s’inscrit dans le cadre des Fêtes de la Nouvelle-France SAQ. Le gouvernement du Québec a contribué pour une somme de 542 000 $ à la tenue de ces festivités. L’aide gouvernementale est répartie de la façon suivante : le Secrétariat à la Capitale-Nationale a accordé une somme de 257 000 $ ; le ministère de la Culture et des Communications a versé 110 000 $ ; Tourisme Québec a accordé 135 000 $ ; et, finalement, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a alloué 40 000 $.

De l’information additionnelle concernant l’arrivée du premier contingent de Filles du roi en Nouvelle-France se trouve dans le Registre du patrimoine culturel sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ).

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 7 août 2013

Une aide financière de 750 000 $ pour soutenir la restauration et la mise en valeur de la propriété de la famille Vigneault

18 juin 2013  |  Aucun commentaire

Le gouvernement du Québec a annoncé, le 13 mai dernier, une aide financière de 750 000 $ pour soutenir la restauration et la mise en valeur de la propriété de la famille Vigneault, citée en 2008 par la Municipalité de Natashquan, ainsi que la mise en valeur de l’allée des Galets.

Le projet comprend la restauration extérieure et intérieure de la propriété où a grandi Gilles Vigneault, soit la maison natale du poète, la maison de Mon’onc Claude, où ont habité le grand-père puis l’oncle du poète, ainsi que trois autres bâtiments qui constituent les dépendances de la propriété des Vigneault. Les 12 magasins du Galet, communément appelés « Les Galets », forment un site classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel depuis 2006. Le site du patrimoine de Gilles Vigneault a quant à lui été protégé en 2008 en vertu d’une citation municipale. Un chargé de projet sera embauché pour assurer le bon déroulement des travaux. Le coût total du projet s’élève à près d’un million de dollars.

Ce projet s’inscrit dans le cadre des objectifs poursuivis par le développement nordique en matière de tourisme et de culture. L’aide financière accordée se répartit comme suit : 450 000 $ proviennent du ministère de la Culture et des Communications en vertu du Fonds du patrimoine culturel québécois, alors que 300 000 $ proviennent du volet Aide au développement touristique au nord du 49e parallèle du Programme de développement de l’industrie touristique de Tourisme Québec.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 13 mai 2013

Jeanne Mance, Paul de Chomedey de Maisonneuve et Jacques Viger sont maintenant inscrits dans la mémoire collective

18 juin 2013  |  Aucun commentaire

À l’occasion du jour anniversaire de la fondation de Montréal et dans le cadre des activités du 100e anniversaire d’Archives de Montréal, le ministère de la Culture et des Communications a annoncé, le 17 mai dernier, la désignation de Jeanne Mance et de Paul de Chomedey de Maisonneuve à titre de personnages historiques, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Le Ministère a annoncé également son intention de classer sept albums et documents manuscrits de Jacques Viger, premier maire de Montréal.

Rappelons que le 17 mai 1642, Maisonneuve, Jeanne Mance et leur groupe prenaient possession de l’île de Montréal et s’installaient à l’endroit connu aujourd’hui sous le nom de Pointe-à-Callière. Ils fondaient alors Ville-Marie, avec pour mission de créer une communauté où Français et Amérindiens convertis pourraient vivre en harmonie, dans un idéal chrétien. Aujourd’hui, 371 ans plus tard, la désignation de ces personnages témoigne de leur rôle crucial dans l’histoire de Montréal et l’essor de la Nouvelle-France.

Premier maire de Montréal et mémorialiste important de la première moitié du XIXe siècle, Jacques Viger a laissé une documentation abondante et précieuse. Le Ministère a signé un avis d’intention de classement des sept albums et documents manuscrits suivants : Dénombrement du comté de Montréal de 1825, Costumes des communautés religieuses de femmes en Canada (1854), Souvenirs canadiens (vers 1830-1856), Néologie canadienne (1810), Ma Saberdache (rouge) (1840-1858), Ma Saberdache (bleue) (1839-1841) et Panorama de Montréal (vers 1826-1827).

Ces documents témoignent d’une partie de l’histoire de Montréal et de la vie quotidienne au XIXe siècle. En vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, les personnes et les groupes intéressés disposent d’un délai de 60 jours pour faire des représentations auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec sur cet avis d’intention. Le Ministère dispose pour sa part d’un délai d’un an pour classer officiellement ces documents qui sont d’ores et déjà protégés et qui ne peuvent être transportés hors du Québec sans son autorisation.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 17 mai 2013

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés