Bulletins et communiqués

Patrimoine

Des fouilles archéologiques dans un secteur de Gatineau

7 mai 2013  |  Aucun commentaire

Des fouilles archéologiques s’amorceront bientôt le long de la rue Jacques-Cartier, à Gatineau. Les experts s’attendent à découvrir des vestiges du passage des Amérindiens et des Européens, qui date de plusieurs siècles.

Ces fouilles précéderont de quelques semaines les travaux d’excavation prévus par Hydro-Québec pour enfouir les réseaux câblés de distribution dans le secteur. Cette opération s’inscrit dans le projet de réaménagement des berges de la rue Jacques-Cartier, un chantier de 42 millions de dollars qui doit s’amorcer sous peu.

L’entreprise Archéotec, responsable des fouilles, a produit une étude de potentiel archéologique pour le compte d’Hydro-Québec. Le document fait état de plusieurs sites d’intérêt le long de la zone de 2,4 km visée par les travaux. Les fouilles toucheront seulement les deux sites les plus intéressants, les autres demeurant toutefois sous surveillance.

Les berges des rivières Outaouais et Gatineau, qui se croisent à cet endroit, sont fréquentées depuis la préhistoire, selon les experts. Autochtones et Européens s’y rencontraient pour faire du commerce et la traite des fourrures.

Source : Nouvelle parue dans le journal Le Droit, le 27 avril 2013

Achat de l’église de Saint-Philippe par la Municipalité

7 mai 2013  |  Aucun commentaire

La Municipalité de Saint-Philippe, en Montérégie, a fait l’acquisition de son église au coût de 147 000 $. Construit en 1973 à la suite de l’incendie du précédent lieu de culte, le bâtiment servira de centre multifonctionnel tout en continuant d’accueillir les célébrations religieuses.

Les démarches de la Municipalité auprès de la paroisse pour devenir propriétaire de l’église remontent à l’an dernier. Les célébrations religieuses seront maintenues tant que la paroisse aura des besoins en ce sens. Toutes les installations à caractère religieux seront donc conservées dans l’édifice. Cependant, celui-ci sera adapté pour présenter, sur une base régulière et soutenue, des activités culturelles, sociales et communautaires.

Source : Nouvelle diffusée par TVA Nouvelles, le 29 avril 2013

Les citoyens se mobilisent pour la valorisation du patrimoine d’Arvida, à Saguenay

16 avril 2013  |  Aucun commentaire

Un comité de citoyens a été formé au cours des derniers mois dans le but de promouvoir les démarches de reconnaissance patrimoniale actuelles et futures pour le secteur d’Arvida, à Saguenay. Ces citoyens espèrent voir un jour leur quartier reconnu parmi les sites du patrimoine mondial protégés par l’UNESCO.

Ainsi, le Comité des citoyens pour la valorisation du patrimoine d’Arvida (CCVPA) veut mobiliser la population, entre autres par l’organisation d’activités variées et par la mise sur pied de projets ayant pour but de valoriser le secteur d’Arvida. Le CCVPA veut également amasser des fonds lors d’activités-bénéfice pour permettre que soient menées à bien les démarches de reconnaissance.

La première action posée par le CCVPA fut la mise en circulation de cartes de membre, rendues accessibles à tous ceux et celles qui désirent témoigner leur soutien à ce projet d’envergure. Ces cartes ont pour objectifs d’authentifier l’appui des gens, de les intéresser au projet ainsi que de les regrouper autour des démarches visant à faire reconnaître à l’échelle internationale le caractère patrimonial unique d’Arvida.

En plus de permettre au CCVPA de constituer une liste d’appuis, cette carte sera utilisée dans l’avenir pour donner accès aux détenteurs à certaines activités organisées dans le cadre de ce projet ainsi que comme moyen de communication et de transmission de l’information.

Source : Nouvelle diffusée par LBR.ca, le cyberjournal du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le 21 mars 2013

La maison et atelier Rodolphe-Duguay bénéficiera d’une aide financière de 169 000 $

16 avril 2013  |  Aucun commentaire

Le ministère de la Culture et des Communications a accordé une aide financière de 169 000 $ pour la mise en valeur de la maison et atelier Rodolphe-Duguay, à Nicolet.

La maison et atelier Rodolphe-Duguay est un immeuble patrimonial classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Cet ensemble, qui comprend une résidence bâtie en 1854 et un atelier d’artiste construit en 1927, présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale. D’une part, Rodolphe Duguay, reconnu comme l’un des maîtres de la gravure au Canada, y naquit et y vécut par la suite avec sa femme, Jeanne L’Archevêque-Duguay, journaliste et poète. D’autre part, la résidence est représentative des maisons québécoises d’inspiration néoclassique. Aujourd’hui, la maison et atelier Rodolphe-Duguay a pour mission de promouvoir l’œuvre et le passage dans cette communauté de ces deux artistes, tout en sensibilisant le milieu au domaine des arts et en faisant connaître les créations artistiques de la région et d’ailleurs.

Le coût de ce projet est évalué à 246 000 $ et se répartit entre le Ministère et la Municipalité de Nicolet. La subvention de 169 000 $ du Ministère provient du Plan québécois des infrastructures et est versée en vertu du programme Aide aux immobilisations.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 4 avril 2013

Une aide financière pour la restauration du magasin général J.-A.-Gendron à New Richmond

16 avril 2013  |  Aucun commentaire

Le ministère de la Culture et des Communications a accordé une aide financière de 298 600 $ pour la restauration du magasin général J.-A.-Gendron, situé dans le Village gaspésien de l’héritage britannique, à New Richmond.

Classé en 1981, le magasin général J.-A.-Gendron est un immeuble patrimonial protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Jusqu’en 1988, il s’élevait au sud de l’église Saint-Charles, au cœur de la municipalité de Caplan, où il était intimement lié à l’histoire et à la vie sociale de sa communauté. Par la suite, le magasin a été déménagé dans le Village gaspésien de l’héritage britannique, où il figure parmi les bâtiments du village historique reconstitué, qui comprend aussi une forge, une église, une école et plusieurs maisons.

La subvention de 298 600 $ versée par le Ministère provient du programme Aide aux immobilisations et permettra de restaurer ce véritable témoin de la culture et de l’histoire de la Gaspésie ainsi que de protéger sa valeur patrimoniale.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 8 avril 2013

L’église Notre-Dame-de-Fatima, à Saguenay, ne sera pas démolie

16 avril 2013  |  Aucun commentaire

La Ville de Saguenay a décidé de ne pas accorder de permis de démolition pour l’église Notre-Dame-de-Fatima au promoteur qui la jugeait trop vétuste pour être intégrée à son projet d’ensemble résidentiel.

Selon les élus qui ont entériné cette décision le 2 avril dernier, lors de la séance du conseil municipal, l’état du bâtiment, jugé satisfaisant, ne justifie pas le retrait de son caractère patrimonial ni sa démolition.

L’automne dernier, le promoteur avait fait la demande de démolir l’église acquise initialement dans l’intention de l’intégrer au projet résidentiel, élaboré autour du bâtiment. Saguenay avait alors mandaté une firme indépendante d’ingénieurs-conseils dans le but d’obtenir une seconde expertise sur l’état de l’église avant de la déclasser.

Selon le rapport de la firme d’experts, bien qu’elle nécessite des travaux d’entretien, la structure pourrait résister au passage de 200 années. L’avis du ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire en faveur du maintien du bâtiment aurait également influencé la décision de la Ville, qui y entrevoit la possibilité d’un appui gouvernemental.

Source : Nouvelle parue dans le journal Le Courrier du Saguenay, le 3 avril 2013

Un accord de principe de 958 000 $ pour la restauration de La Grande-Ferme, à Saint-Joachim

26 mars 2013  |  Aucun commentaire

Le gouvernement du Québec a annoncé, le 11 mars dernier, un accord de principe de 958 000 $ pour le projet de restauration de La Grande-Ferme, située à Saint-Joachim, dans la MRC de La Côte-de-Beaupré, un immeuble patrimonial classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Un audit technique a été réalisé en 2011 afin de déterminer les travaux à effectuer. L’accord de principe permettra de produire des études techniques complémentaires afin de bien encadrer les interventions et de s’assurer que la réalisation de celles-ci sera conforme aux pratiques de restauration patrimoniale.

Le revêtement des murs de maçonnerie et le recouvrement de la toiture font partie des interventions d’entretien de grande envergure. Parmi les travaux urgents, notons ceux de consolidation d’un des murs et de la structure des planchers. D’autres interventions permettront la restauration des fenêtres, la mise aux normes de l’escalier de secours, la restauration de la galerie et la consolidation des vestiges de la première église de Saint-Joachim, située sur l’emplacement de La Grande-Ferme.

La Grande-Ferme a fait place, en 1979, à un centre d’interprétation. Le Centre d’initiation au patrimoine – La Grande Ferme a pour mission de faire découvrir à la population toute la richesse du patrimoine québécois. Les travaux de restauration et de mise aux normes permettront au Centre de poursuivre sa mission éducative.

Source : Communiqué diffusé par le gouvernement du Québec, le 11 mars 2013

Importants travaux de réfection pour l’église de Saint-Narcisse

26 mars 2013  |  Aucun commentaire

Le clocher nord de l’église de Saint-Narcisse, en Mauricie, fait présentement l’objet d’importants travaux de réfection de plus d’un demi-million de dollars.

L’annonce de ces rénovations a été faite en juillet 2012 alors que le ministère de la Culture et des Communications confirmait une subvention de 379 145 $ à la paroisse de Saint-Narcisse devant couvrir 70 % des travaux totalisant près de 542 000 $, le reste devant venir des paroissiens.

Rappelons que cette église inaugurée en 1874 fut agrandie de 30 pieds en 1916 pour répondre aux besoins de la population grandissante.

En février dernier, la paroisse a présenté une autre demande de subvention au Ministère, car d’autres problèmes ont été découverts au moment de retirer la brique.

Source : Nouvelle parue dans le journal Le Nouvelliste, le 11 mars 2013

Nos partenaires

Abonnez-vous au Bulletin Le réseau

Recevez par courriel notre bulletin bi-mensuel essentiel pour suivre l'actualité culturelle locale, nationale et internationale.

© Les Arts et la Ville, tous droits réservés